#
Photo Sophie Louvet

Au bonheur des Dames

11/05/2015

La quatrième édition des « Dames de Saint-Tropez » a rassemblé seize voiliers de Tradition avec à bord plus de cent cinquante navigatrices qui se sont affrontées lors de deux journées de régate dans le Golfe de Saint-Tropez. Les participantes ont bénéficié de bonnes conditions météo avec un vent qui s’est parfois fait désirer, contraignant le comité de course à réduire le parcours final du dimanche 10 mai 2015, au large de la Baie de Pampelonne. Au terme de deux courses, ce sont deux magnifiques voiliers qui prennent la tête de leur catégorie avec pour les moins de seize mètres, le fameux bateau centenaire, le NY30 Aurique de 1905 Oriole barré par Elisabeth Lostis, accompagnée de cinq femmes et deux hommes. Dans le groupe des plus de seize mètres, c’est le voilier Oiseau de feu (Nicholson 1937) qui remporte l’épreuve avec seize femmes, trois hommes. Un bel oiseau barré par Madeleine Anderson, jeune navigatrice de vingt ans qui avait déjà remporté

Classic yachts by Philippe Gavin

Peintre et marin

12/03/2015

Le printemps est là et les plans d’eau de Méditerranée ou d’ailleurs bruissent de l’impatience palpable des marins de retrouver leur élément. Philippe Gavin est de ceux là. L’aquarelliste Antibois jongle avec  bonheur avec  ses deux passions, les bateaux et la peinture. Pas n’importe quelle peinture, l’aquarelle, mieux à même selon lui de rendre l’énergie et le mouvement de l’action conjuguée des hommes et de la mer. Pas n’importe quel bateau non plus puisque Philippe a jeté son dévolu sur les majestueux yachts classiques à bord desquels il aime à évoluer en tant que simple équipier. Tuiga, mais aussi Moonbeam IV l’accueillent depuis de nombreuses saisons et c’est donc en tant qu’acteur que le peintre accumule les sensations, les perceptions, les émotions qu’il traduit plus tard dans l’intimité de son atelier. On peut rencontrer philippe

Altaïr en Martinique

Altaïr vainqueur de la Transat Classique

21/01/2015

La goélette signée Fife Altaïr, grande habituée des Voiles de Saint -Tropez, vient de remporter la Transat Classique entre Lanzarote et la Martinique. Elle a franchi la ligne d’arrivée mardi 20 janvier, au terme de deux semaines de navigation transatlantique expresse, la vénérable goélette lancée en 1931 ayant avalé une moyenne de 270 milles nautiques par jour.

Voiles 2015

Voiles 2015 ; le programme

16/01/2015

VOILIERS MODERNESSamedi 26 septembre – Dimanche 27 : Accueil et contrôleLundi 28, Mardi 29, Mercredi 30 septembre, Jeudi 1er octobre (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 2 et Samedi 3 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITIONDimanche 27 et lundi 28 septembre : Accueil et contrôleDimanche 27 septembre : arrivée de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France en provenance de CannesMardi 29, Mercredi 30 septembre, Jeudi 1er octobre (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 2 et Samedi 3 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix Dimanche 4 Octobre, à partir de 11 heures

Wally

Autant en emportent les Voiles

05/10/2014

Les Voiles de Saint-Tropez ont célébré dans le faste et le grand spectacle leurs 15 années d’existence. Elles ont reçu en cadeau des Dieux du vent et de la mer d’exceptionnelles conditions pour permettre aux quelques 4 000 marins venus du monde entier, embarqués sur 300 yachts Modernes ou Classiques, une pleine semaine de régates, de plaisirs et de convivialité. Le rideau tombe en ce dimanche après un dernier moment de partage entre concurrent, la traditionnelle remise des nombreux prix aux 20 classes en lice. De belles surprises apparaissent au palmarès, avec d’emblée les noms des nouveaux venus tel Olympian, qui triomphe chez les yachts auriques ou Dorade chez les Marconis, mais aussi les confirmations des valeurs sûres de leurs circuits respectifs, Magic Carpet Cubed chez les Wally, ou Robertissima III (ex Ran) chez les grands IRC.

André Beaufil

Ranger

Sea, Sail, Sun

Derniers regards, dernières visions, dernières émotions aussi en cette ultime journée des Voiles de Saint-Tropez 2014. Dernière chance d’admirer une nouvelle fois les plus beaux voiliers du monde dans l’écrin unique du golfe de Saint-Tropez. Dernières glissades sur l’onde bleue pour les élégants auriques et les véloces marconis. Derniers croisements teintés de magie entre Marigold et Partridge, Elena et Moonbeam IV, Rowdy etDorade. Jeux d’ombre et de lumière entre focs, solents et spis démesurés. Chuintement de l’eau sur les coques effilées souvent centenaires… plus de 130 années de passion entrent ce soir en hiver, après avoir pris congé des Voiles. Toute une année d’attente s’avance avant de retrouver les étoiles qui toute cette semaine hors du temps et loin des normes ont fait vivre, respirer et battre le coeur d’

Elena

Un automne à Pampelonne

03/10/2014

Il est un lieu oublié de l’hiver, où le soleil darde dès le matin d’ardents rayons sur les foules en quête de fraîcheur au bord des plages. C’est un endroit où règnent les bateaux, de toutes tailles et de tous types, mais où, en ce week-end d’octobre, les voiles futuristes ou classiques monopolisent tous les regards. Saint-Tropez, son golfe, ses plages, prolongent l’été et ses composantes les plus festives, tant à terre que sur l’eau où pas moins de 4 000 marins s’étaient une nouvelle fois donnés rendez vous aujourd’hui, aux ordres de leurs comités de course respectifs, pour profiter une fois encore, une fois de plus, du plaisir de régater dans le vent, certes plutôt zéphyr en cette fin de semaine, et sous le soleil. 120 yachts Classiques s’élançaient ainsi dès la mi-journée vers le large et un grand triangle en bo

Départ

A ne pas manquer!

Journée particulière, à ne manquer sous aucun prétexte, le jeudi des Voiles de Saint-Tropez renoue avec la genèse de la Nioulargue et avec l’esprit fondateur du yachting, quand propriétaires et capitaines, pour une poignée de main, un repas ou la beauté du geste, se lancent d’amicaux défis de bateaux à bateaux. L’organisation des Voiles met ainsi lors de chaque édition le programme des courses entre parenthèse, mouille une ligne de départ, et laisse les concurrents vivre leur régate, leur défi, leur « remake » original de la création de la Nioulargue et des Voiles, en cinglant depuis le Portalet vers Pampelonne et son Club 55. Le golfe apaisé et toujours resplendissant de soleil a ainsi vu se presser nombre de voiliers, de toutes classes et de toutes époques, prêts à s’élancer, dans le sillage des concurrents de la Club 55 Cup, pour des

Auriques en fête

Le golfe aux Etoiles!

01/10/2014

Sous le signe du soleil et du vent, le grand chapiteau céleste des Voiles de Saint-Tropez accueillait aujourd’hui des stars aux noms fleurant bon l’âge d’or du yachting, souvent d’avant les deux guerres, Marigold, Phoebus, Silhouette, Partridge ou Véronique…. 130 bateaux Classiques, figures vivantes de près de 140 années de génie créatif naval ont strié de leurs blanches écumes le bleu des flots tropéziens écrasés de soleil. L’épisode orageux d’hier avait comme par enchantement laissé place à un plan d’eau totalement apaisé, n’attendant que le vent d’ouest pour offrir aux marins le carburant de leurs passions. Et dès la mi-journée, le Comité de course des Classiques libérait les onze classes en lice pour un joli parcours côtier gorgé de lumière. Gréées Marconi, Aurique ou Houari, ces sublimes coques exprimaient

J Class en action

Place au sport!

30/09/2014

La haute mer à domicile ! Du vent, fort, de la mer, grosse, un décor de folie pour ce deuxième jour de régate dans le cadre unique du golfe de Saint-Tropez, et ce rassemblent des plus beaux bateaux de la Méditerranée… autant d’arguments auxquels les voiliers modernes ont répondu présents sans hésiter, enchainant une deuxième journée de navigation musclée et spectaculaire. La virulence des vagues levées par le puissant flux d’est et les creux, estimés à plus de deux mètres, s’avéraient en revanche rédhibitoires pour les Voiliers de tradition. La flotte des voiliers Classiques demeurait ainsi sagement au port, reportant à demain leur impatience d’en découdre, tandis que les 180 yachts Modernes se déployaient le plan d’eau, pour une vingtaine de milles de régates musclées à souhait, et une nouvelle vision enthousiasmante de voiliers